Historique

Au départ des occupants Wisigoths, les terres ont été redistribuées entre des groupes de paysans prenant l’engagement de les travailler. Ces groupes, très localisés, prennent le nom de Villas, à la foi lieu de vie et foyer religieux (paroisse).

On voit apparaître dès 1161 le nom de la Villa de JOCON

qui dépend comme toutes les villas voisines de l’évêque de Maguelone. Elle passera ensuite sous l’autorité du roi d’Aragon avant d’être rattachée au roi de France en 1380.

Il est possible que le vocable de Jocon fasse référence au fait que le village est bâti sur une arête rocheuse(que l’on voit distinctement comme fondation de l’église paroissial. Il faudra attendre 1526 pour voir apparaître celui de Jacou. En tout cas, il n’y a aucun lien avec le prénom Jacques, ni, par conséquent avec St Jacques de Compostelle.

Dès 1469, un nommé Raulin Bocaud, procureur général à la Cour des Comptes, Aydes et Finances de Montpellier(C.C.A.F.) achète à Jacou un domaine agricole et une vieille demeure qu’i fera transformer en maison forte. Simultanément, il emménage dans ce qui sera l’Hôtel Bocaud, rue de la Salle l’Evêque.

Durant 4 siècles, les Bocaud se succéderont de père en fils comme magistrats à la C.C.A.F. source de pouvoir et de privilèges et leur nom  restera lié à celui de Jacou, devenu leur résidence secondaire, à laquelle ils resteront fidèles jusqu’en 1836.


Partager :